Pourquoi le chiffre 3 est considéré comme sacré ?

Depuis des millénaires, le chiffre trois accompagne la culture celte. En effet, ce chiffre est ancré dans de nombreuses représentations qui ont traversé les siècles. Le numéro 3, dont le symbole vient de la culture celtique, est très puissant. Il s’agit de l’équilibre, de la perfection ou de l’union de trois classes, de trois représentations sociales pour composer le monde.

Le chiffre trois, sacré chez les Celtes

Toutes les croyances celtes reposent sur une base de trois. C’est le chiffre sacré des druides qui établissent une relation entre tout évènement et le chiffre 3. En effet, tout dans l’univers des Celtes se décompose en trois. Ce chiffre est la base de tout.

Mais ce qui est le plus fascinant, ce sont les druides qui percevaient trois mondes différents. Ils se voyaient dans le futur, le présent et le passé. Il faut croire que les prêtres druidiques avaient une longueur d’avance en métaphysique : ).

De très nombreuses représentations ou créations celtes se basent sur ce chiffre. C’est le cas du triskell et de ses trois branches, si caractéristiques, qui s’enroulent sur elles-mêmes. L’importance du chiffre trois se retrouve également dans la croix celtique. C’est également le chiffre point de départ de leur évolution. Il représente l’énergie, la vitalité, la multiplicité de l’être et de la vie.

La trinité celtique est la foi dans son coeur, la foi dans son esprit et la foi dans son âme.

Le chiffre trois et son interprétation chez les Celtes

Le trois régit donc la vie des Celtes et cela se retrouve dans de nombreuses autres croyances :

  • En effet, la mythologie celte décrit trois royaumes principaux à l’origine de la vie. Ainsi se retrouvent l’Eau, la Terre et le Ciel qui compose notre univers.
  • De ce chiffre 3 découle la force de la nature et sa composition avec les animaux, les végétaux et les minéraux. Ces trois catégories forment l’existence du monde selon les Celtes.
  • Chez les Celtes, les classes sociales sont également classées en trois catégories. Cette configuration de la société suit toujours la force de ce chiffre trois. On retrouve les druides, les guerriers et les travailleurs.
  • Ce schéma trifonctionnel se retrouve également dans le divin Celte. Les dieux sont ainsi découpés en fonction plusieurs fonctions, une sacrée, une guerrière et une productive.
  • Enfin, le chiffre 3 représente aussi le temps chez les Celtes. Ainsi la durée de l’existence se décompose en une période présente, un passé et un futur.
  • Même aujourd’hui, on retrouve encore ce triptyque, notamment dans des ouvrages cultes avec trois personnages principaux (souvent des frères) ou des groupes musicaux celtes avec trois intervenants.
  • Le chiffre trois régit la vie et tout l’univers des Celtes. Il représente l’équilibre et la perfection du monde celtique. Dieux, société, nature, la base est la même, le chiffre trois.
  • Les Celtes ne sont pas les seuls à vénérer le chiffre 3. En effet, les Grecs parlaient de triade divine également à l’origine de l’existence. Le trois est aussi à la base du modèle de société.
chiffre trois ou 3

La triple partition du monde

L’océan, la terre et le ciel sont la triple partition de l’univers. La triple symétrie du triskele et l’architecture du mégalithique datent des temps anciens. Aussi, Il fait référence à la :

  • La vie
  • La mort
  • La prophétie et le mystique.

De plus, ils ont fixé les dolmens sur trois pierres et tous les éléments importants étaient liés aux symboles triples. Les trois désignent les divinités celtes à trois têtes. Comme le Dagda le dieu de la terre qui avait 3 filles nommé les trois Bridget. Toutes les œuvres celtiques sont donc composées par 3. On retrouve des dessins répétés par trois, des créatures aux trois têtes.

Alors, des historiens se questionnent sur l’origine de l’importance du chiffre 3 chez les Celtes. Proviendrait-elle des Grecs ? Quoi qu’il en soit, le chiffre trois est sacré chez les Celtes et de nombreux symboles en découlent. Ils apportent force, énergie et vitalité à ceux qui les portent.

Pour l’anecdote, il y a fort à parier que l’expression « jamais deux sans trois » nous vient de la civilisation celtique.

Laisser un commentaire

We use cookies in order to give you the best possible experience on our website. By continuing to use this site, you agree to our use of cookies.
Accept