Le libre arbitre ou le déterminisme

Voyante par téléphone  voyance en ligne serieuse      

voyance serieuse par telephone

Accueil

Mon parcours ??

Tarifs et Prestations - Mentions légales

La voyance et ses dangers attention à ne pas devenir dépendant à la voyance

Le don de voyance

Les pièges de la voyance
Ses morts qui nous entourent
La médiumnité et l'empathie
Savoir reconnaitre les signes
Pourquoi un voyant est en souffrance
 
IInterpretation du 32 cartes

Commentaires de l'officiel de la voyance

La vie après la mort

 

 

Le libre arbitre ou le déterminisme

Être maître de ses actes, être capable de faire des choix par soi même sans l'intervention d'une force extérieure, suprême ; telle est la définition du libre arbitre par opposition au destin. Le destin ou fatalisme implique que notre volonté dépendrait de forces qui nous pousseraient à faire tel ou tel choix, à agir d'une certaine façon au lieu d'une autre. Alors doit-on croire que le libre arbitre, seul, détermine nos décisions, existe-t-il une fatalité qui nous influence ou l'un fait-t-il écho à l'autre ? 

D'abord, il faut admettre que le libre arbitre concerne le futur uniquement, les actions àvenir n'étant pas encore réalisées. Pour les défenseurs de cette liberté absolue, le sujet a le pouvoir de prendre une décision ou de ne pas en prendre, il est également le seul qui soit capable d'agir ou pas, indépendamment de toute influence. Et parce que nous avons cette possibilité de penser, réfléchir, juger et par conséquent raisonner, nous jouissons pleinement de notre libre arbitre et ànotre guise. Nous ne sommes donc pas des pantins au service d'un destin qui détermine nos envies, nos volontés, nos décisions et nos responsabilités.

Les adeptes du destin ou fatalistes, croient, quant àeux, que l'homme, quelle que soit sa volonté d'agir, son pouvoir de décider, est destiné, programmé plus précisemment pour avoir une certaine existence, àune certaine péiode. En d'autres termes, l'être humain n'a aucune maîtrise sur les événements qu'il vit. Dans ce cadre, la si célèbre liberté humaine n'existerait donc pas. Se pose alors le problème de la responsabilité car si l'homme ne fait que subir le destin, il n'est alors plus responsable de ses actes.
L'arbitraire individuel se trouve en outre confronté àdes limites fixées par la société sachant qu' il n'existe aucune société qui ne soit régie par des lois auxquelles tout un chacun est tenu de se plier.

Une troisième catégorie qu'on pourrait appeler "les modéés" défend l'idée que destin et libre arbitre sont étroitement liés, le premier impliquant l'autre.
L'être humain tout en ayant une liberté relative ou limitée évolue dans une vie qui lui a été destinée. On retrouve cette idée dans 
la Bible selon laquelle s'il est vrai que Dieu a une domination et pouvoir absolu sur tout et tous, Il a en revanche laissé le choix àl'homme, choix qui constitue son libre arbitre. L'être humain a la liberté de suivre et réaliser les commandements de Dieu ou alors aller contre cette volonté divine.

Notre réflexion nous amène àconclure que si effectivement le "ma volonté ne dépend absolument que de moi seul. Je peux vouloir ce que je veux : c'est moi qui le veut", tel que le concevait Schopenauer n'est pas une illusion, il n'en demeure pas moins qu'il dépend de certaines incitations comme le poids sociétal qui a un grand impact sur nos choix et agissements, ou encore sous l'influence de croyances et convictions.

 

Avoir le don de voyance

 

le destin et la liberté, croire à la liberté, le destin et le libre arbitre, croire au libre arbitre, le destin et le determinisme, croire au determinisme, le destin et la voyance, croire à la voyance, le destin et l´être humain, croire au en l´être humain, le destin à la voyance, croire en la voyance